Sommaire

La parodontie est une spécialité dentaire qui prend en charge les maladies du parodonte, tissu de support des dents. Les pathologies du parodonte sont fréquentes et nécessitent d'être dépistées et traitées de manière précoce car négligées, elles peuvent entraîner à terme la chute des dents. On vous en parle tout de suite dans cet article !

Parodontie : qu'est-ce que le parodonte ?

Le parodonte désigne le tissu de soutien de la dent, c'est l'ensemble des tissus d'ancrage de la dent dans l'os de la mâchoire.

Il comporte :

  • la gencive ;
  • l'os alvéolaire (mandibulaire et maxillaire) qui supporte les dents ;
  • le cément qui recouvre les racines dentaires ;
  • les fibres parodontales ;
  • le ligament alvéolo-dentaire (desmodonte) qui relie la dent à l'os.

Parodontie : maladies du parodonte

La parodontie, ou parodontologie, est une branche de la médecine dentaire spécialisée dans la prévention, le diagnostic ainsi que le traitement des affections du parodonte :

  • les maladies du parodonte ;
  • les défauts de la gencive sur un parodonte sain.

Les maladies du parodonte, ou parodontopathies, regroupent différents degrés d'atteinte du parodonte. Ce sont des maladies d'origine infectieuse.

Elles apparaissent selon les étapes suivantes :

  • infiltration de la plaque dentaire sous la gencive ;
  • formation de poches entre la racine et la gencive par destruction des fibres qui attachent la dent à l'os (perte d'attache) ;
  • colonisation de la poche par les bactéries avec, en réponse, une inflammation du parodonte.

Pour cette dernière, il y a deux étapes :

  • en premier lieu, gingivite (il n'y a pas encore de perte d'attache) ;
  • en absence de traitement, évolution en parodontite : l'inflammation gagne les tissus plus profonds, entraînant une destruction de l'os irréversible, le collet de la dent est mis à nu (récession gingivale) et à terme cela conduit à une mobilité dentaire avec risque de déchaussement des dents.

Les parodontopathies sont très fréquentes, elles concernent environ 3 personnes sur 4 à un moment de leur vie. La progression est souvent lente, mais il existe des formes plus agressives qui évoluent rapidement.

Facteurs favorisants des parodonties

Il existe un certain nombre de facteurs qui favorisent la survenue des parodontopathies :

  • mauvaise hygiène bucco-dentaire, facteurs locaux qui augmentent la rétention de plaque dentaire ;
  • augmentation de la fréquence avec l'âge, sexe masculin ;
  • soins dentaires inadaptés (prothèses dentaires anciennes ou ne respectant pas parfaitement l'anatomie) ;
  • diminution des défenses immunitaires, stress ;
  • diabète (qui peut faire apparaître une malade parodontale ou l'aggraver) ;
  • obésité avec les troubles hépatiques et intestinaux qui en résultent :
  • changements hormonaux chez les femmes ;
  • tabagisme, alcool, toxicomanies ;
  • mauvaise alimentation entraînant des déséquilibres métaboliques, un déséquilibre acido-basique et le blocage des émonctoires ;
  • déficit en vitamine C, en vitamine D et en calcium (en minéraux en général) ;
  • facteurs génétiques ;
  • troubles émotionnels ;
    • soit conflit de la gencive, à savoir une importante dévalorisation du type : « Ma parole n'a pas de poids »,
    • soit d'un événement déstabilisant qui fait perdre son assise et sa sécurité (séparation, problèmes d'argent, chômage...).

Symptômes évocateurs d'une parodontie

Les symptômes qui doivent faire suspecter la présence d'une parodontopathie sont :

  • saignement de la gencive lors du brossage, gencives rouges et gonflées (gingivite) ;
  • rétraction de la gencive avec impression d'une dent allongée et hypersensibilité dentaire ;
  • mauvaise haleine ;
  • dents qui se déplacent, mobilité dentaire à un stade avancé ;

Diagnostic d'une parodontie

Le parodontiste recherche un saignement au sondage. Il mesure le niveau d'attache dentaire et la profondeur des poches : la sonde peut passer dans l'interstice entre la dent et la gencive sans résistance.

Le diagnostic est confirmé par le bilan radiologique qui visualise une perte osseuse autour des racines dentaires.

Traitements en parodontie

Le parodontiste dispose d'outils chirurgicaux et non chirurgicaux. Le traitement vise à la fois :

  • à stabiliser l'évolution de la maladie parodontale en stoppant l'infection et la destruction des tissus ;
  • à réparer les tissus atteints et à remplacer les dents manquantes si nécessaire. C'est une sorte de réhabilitation de la mâchoire.

Il est également essentiel de repérer les causes et de les traiter afin de diminuer l'inflammation du parodonte.

Stade précoce

Au stade précoce, lorsque la parodontite est légère ou modérée, le traitement est simple et peut stopper la destruction osseuse.

L'hygiène buccale doit être rigoureuse, avec utilisation de fil dentaire et de brossettes inter-dentaires. Le but est d'éliminer efficacement la plaque dentaire sans agresser la gencive ;

Les soins réalisés par le parodontiste consistent :

  • en un détartrage régulier ;
  • en cas de poches parodontales, un surfaçage radiculaire sous anesthésie locale : c'est un nettoyage en profondeur des poches gingivales, le but est d'assainir la gencive et ainsi de diminuer l'inflammation.
  • dans certains cas, un traitement antibiotique peut être nécessaire.

Stade de parodontite avancée

Les traitements micro-chirurgicaux sont nécessaires au stade de parodontite avancée :

  • technique du lambeau d'assainissement : le parodontiste décolle la gencive de la dent et retire le tartre sur la racine. Cela entraîne une cicatrisation de la gencive sur la dent et supprime donc la poche ;
  • technique de régénération tissulaire guidée : une membrane est mise en place à l'intérieur du parodonte, et forme une barrière qui permet au tissu de soutien de se régénérer ;
  • technique du comblement osseux : l'os est remplacé par un matériau synthétique.

En cas d'échec de la chirurgie, une extraction dentaire est parfois nécessaire. Des implants dentaires peuvent alors être placés si l'os est suffisamment solide, dans le cas contraire le parodontiste a plutôt recours à des greffes osseuses.

Parodontie : prévention

La maladie parodontale se prévient par des mesures simples :

  • une parfaite hygiène bucco-dentaire;
  • visites régulières chez le dentiste et détartrages réguliers ;
  • une consommation équilibrée de lipides non-végétaux (plus riches en acides gras saturés), de minéraux, de micronutriments et de fibres, notamment des fruits riches en vitamine C ;
  • surveiller son alimentation et limiter les glucides en général ;
  • penser à arrêter la cigarette, modération de la consommation d'alcool et de boissons sucrées.

Ces pros peuvent vous aider